On connaissait déjà la poterie : les vases étaient confectionnés à partit de boudins de terre argileuse.
Les Mosellans de l'époque ne savaient pas encore cultiver la terre, mais récupéraient les graines tombées et cueillaient les baies.


Fixés à l'extrémité d'un bâton ou de cornes d'animaux, les éclats de silex devinrent lances et haches : le temps de la pierre taillée débuta ainsi !

L'habileté des hommes s'accrut : ils apprirent à percer la pierre, à cultiver la terre, trouvèrent le moyen de parquer les animaux, de les élever pour avoir des ressources de nourritures plus régulières et éviter les conflits en allant chasser sur des territoires d'autres clans… Afin d'améliorer le rendement des cultures, maîtrisées depuis peu, les Mosellans sélectionnaient les plantes les plus adaptées, telles l'orge, le froment et le lin.
Ils commencèrent aussi, judicieusement, à construire des cabanes sur les hauteurs, pour éviter les débordements des rivières, au printemps.
Dans le domaine religieux, nous savons que les morts étaient, avant d'être honorés, enterrés avec leurs outils et leurs armes.
Ils avançaient vers l'Ouest, conquérants… d'une vingtaine de nos kilomètres actuels par génération, tout au plus ! Leurs migrations dépendaient des sources de nourriture que pouvaient leur fournir la nature : ils se rendaient là où ils trouvaient de quoi subsister… Il ne fait donc aucun doute que lorsqu'ils sont arrivés en Moselle, le pays a du leur plaire !
Les ustensiles retrouvés nous renseignent sur ce qu'a pu être leur vie, partagée entre la chasse , la cueillette, la pêche et la confection de vêtements.
Ils ont tout d'abord utilisé le silex (photographie ci-dessus) : les éclats de cette pierre particulière leur étaient fort utiles lors de la confection de pointes qui équipaient les flèches, et permettaient de racler, et de découper.
On a retrouvé des « coups de poing » dans le lit de la Moselle. Les haches, en pierre, étaient polies par le frottement sur un polissoir (on en a par exemple retrouvé à Longeville-les-Metz), mais on connaissait aussi des scies de silex taillés. La chasse fournissait des peaux, qui étaient grattées, avant d'être séchées au soleil ; on utilisait également les os des animaux abattus pour confectionner des harpons et des aiguilles.

 

La Moselle est habitée depuis fort longtemps ; peut-être plus de cent mille ans !
Il faut dire que le département a toujours été attractif, grâce, notamment, à ses coteaux faciles à défendre, à ses grandes forêts où le gibier est abondant, ainsi qu'à ses rivières poissonneuses.

Des Mosellans de cette ère éloignée, antérieure à l'histoire et à l'invention de l'écriture, seules les découvertes que nous avons faites ( leurs armes, leurs outils, quelques traces de leurs squelettes ) prouvent l'existence… Sans elles, nous ne saurions rien d'eux, même si nous pouvons imaginer leur vie , centrée sur la survie, la lutte contre la peur, le froid et la faim !

Des temps de la préhistoire, on distingue trois grandes époques :

La première est l'âge de la pierre.
Il a été retrouvé, un peu partout en Moselle, des outils de peuples venus de l'Est, et certainement originaires du berceau de l'humanité : l'Afrique ! Oui, jeunes-gens : quand on parle de nos ancêtres, sachez qu'ils venaient d'Afrique, d'Inde, et d'Europe de l'Est !

Montenach : céramique campaniforme
(Encyclopédie de la Lorraine)
Page suivante